Browse By

Bénin : Sessimè, la bio

Nom :

Bidossessi Christelle Guédou

Naissance :

20 février 1984

Lieu :

Covè (Bénin)

Nationalité :

Béninoise

Style : Afro Pop Rock

biographieFLAGFR

Adepte d’un style afro-pop-rock et zouk aux couleurs béninoises et yoruba (afrobeat, tchinkounmey, zinlin), Sessimé est pianiste, percussionniste, auteur, compositeur et chanteuse. Elle a été révélée au niveau international grâce à son second album Wazakoua sorti en 2011. En 2012, elle est élue Meilleur Espoir Féminin du continent Africain aux Kora Music Awards…

Bidossessi Christelle Guédou est née à covè en république ouest-africaine du Bénin. Elle tire son nom d’artiste de son propre prénom indigène Bidossessi qui veut dire “Tout dépend du destin”, ou encore, “Tout est entre les mains de Dieu”. Le nom Sessimè est donc une autre façon de dire Bidossessi, ce petit prénom en langue Fon, sa langue maternelle à elle.

Auteure-compositrice, interprète et chanteuse professionnelle, Sessimè, dans un style AfroPopRock, a été la plus grande révélation de l’année 2011 au Bénin. Héritière de la tradition des sonorités “akodémin” du village Zâ-kpota, une musique traditionnelle alors composée et chantée par son grand-père Robert Guédou, l’influence reçue par la vedette transparait aujourd’hui dans l’aspect remarquablement traditionnel de ses rythmes et sonorités. La chanson My Praise (Juin 2013), dans une gamme occidentalement Blues et traditionnellement pentaphonique majeure (abusivement appelée pentatonique majeure), les musiciens comprendront mieux, est un exemple simple de l’originalité exceptionnelle de Sessimè. «My praise » concilie plus aisément la chaleur africaine à la pop, à la soul et au rock et conquit définitivement le cœur de milliers de fans sans frontière.

Ce que Sessimè présente comme AfroPopRock est un mélange intelligent de toutes ces origines qui l’ont construite: Le village, les villes autour d’elle, les villes d’ailleurs, les légendes autour d’elle, les légendes d’ailleurs. Lorsqu’on s’est longtemps exercé aux performances vocales extraordinaires de Whitney Houston, Alicia Keys et bien d’autres figures de la même hauteur, on ne peut pas chanter moins bien ! Sessimè a pratiqué des pistes de cette hauteur-là, et le résultat est visible dans sa largeur vocale qu’on peut étendre avec justesse à trois octaves d’un piano et peut-être plus, exceptionnellement.

Plus tôt nominée pour la première fois aux KORAS AWARDS 2012″, festival prestigieux de l’Afrique, Sessimè reçoit le Trophée du Meilleur Espoir Féminin du Continent africain pour la qualité d’un travail professionnel et rigoureux. Aussi se fait-elle fortement remarquer lors de sa participation aux Prix Découvertes RFI-FRANCE24 en tant que finaliste en novembre 2013, avant d’être lauréate du jeu concours Facebook « TOP20 » organisé par les KORAS.

sessime-gniango-magazine-afro-pop-rock-620x350
Wazakoua, premier album de Sessimè, obtient toutes les plus grandes distinctions musicales nationales dont le Bénin Golden Awards, Trophées SICA, Trophées Bénin Top 10, Trophées Hokan et autres, et s’impose ainsi très rapidement dans le milieu du showbiz au Bénin. Wazakoua et toutes les disctinctions offrent à Sessimè une entrée fortement applaudie sur toutes les scènes nationales et sur beaucoup de scènes africaines dont on peut citer: Le festival Africa-rythmes, le festival de femmes Tina faaliye au Togo, le festival Waga hip-hop, Nuits Atypiques de Koudougou, NAK au Burkina Faso, Africa fête au Sénégal, concert live à l’Alliance française d’Accra dans le cadre de la célébration du festival de la francophonie au Ghana, concert Live à l’institut français de Niamey pour le compte du festival Wassa Hip Hop au Niger, à l’institut français de Ouaga et de Bobo pour le festival Rock à Ouaga et Rock à Bobo, le Massa en Côte d’ivoire, etc.
“Sauvons les enfants”, ce thème noble est le contenu même du mot onomatopéique wazakoua que Sessimè a créé pour cette passion intense qu’elle ressent face à l’ enfance souffrante des rues d’Afrique occidentale et d’ailleurs, face à ces enfants qui méritent bien plus qu’un simple regard. Wazakoua s’est fait entendre également hors du continent, en Europe. Sessimè était en effet sur le festival de Sinksen à kortrijk et sur le festival Maïsha à Bruxelles en Belgique…
Notons qu’en dehors de la langue Fon, l’impressionnante énergie scénique exploite aisément sur certaines de ses chansons d’autres langues de ses origines telles que le mina et le yoruba, ce qu’elle mélange aux langues universelles comme le français et l’anglais pour rendre son message accessible à un public plutôt diversifié. C’est le cas du single « Moulété » qui a été exécuté dans une ambiance pop africaine et chanté dans quatre langues différentes : Moulété commence en français, vient le mina qui est d’ailleurs la langue du refrain qui signifie ”je t’attends”, puis apparaissent Fon et Anglais dans un mélange très inspiré. Sessimè représente valablement, pour une couche de jeunes ambitieux en particulier, l’exemple de la détermination, du courage, de l’endurance et du fruit positif du travail sans relâche. Mieux encore, elle promet plus et mieux à un monde de fans sans cesse croissant.

Sommaire biographique des débuts.

La belle histoire entre la musique et Sessimè commence en 1997, lorsque la petite fille de 13 ans découvre son amour pour les métiers d’art, grâce à ses parents Charles Guédou et Léontine Houndonou qui lui transmettent très tôt leur amour pour la musique et la danse. Ainsi animée par la grande ambition d’être une star internationale à l’image du roi de la pop Michael Jackson et de la diva africaine Angélique Kidjo qu’elle a d’ailleurs eu le privilège et l’immense joie d’accompagner sur scène lors de son concert du 02 décembre 2013 à l’institut français du Bénin, Sessimè participe avec succès à divers jeux concours scolaires et téléréalités qui la révèlent au grand public en 2007.

Sa volonté de faire de la musique son métier et d’en être une grande professionnelle la conduit à se donner une bonne expérience de la scène live. Elle se forme donc pendant plusieurs années en tant que choriste et lead vocal dans diverses chorales et groupes, cabarets et bars, qui tiennent lieu de champs de formation pratique à grands résultats. Pour approfondir son expérience professionnelle, Sessimè s’adonne à cœur joie depuis quelques mois aux cours de piano.
Aujourd’hui plus qu’hier, la Star du AfroPopRock confirme sur toutes les scènes, ses talents artistiques et se dit prête à explorer les nouveaux horizons qui s’offrent déjà à elle.

________________________________________________________________________________________

sessime-Gniango-magazine

Sèssimè et son nouveau style musical : l’afro-pop rock

Jeune béninoise de 31 ans, Sèssimè a su donner un nouveau rythme à la musique de son pays le bénin et de l’Afrique toute entière : un nouveau style de musique afro-pop alliant les instruments traditionnels et le pop.

Un style agréablement surprenant…

Calebasses, tams-tams, gotâ, talking drums et kpézin sont les instruments traditionnels qu’elle mélange avec sagesse et dextérité à ceux modernes comme la guitare, le piano, la batterie, les castagnettes et beaucoup d’autres pour créer un rythme agréablement surprenant : l’afropop-rock, tout comme elle-même la chanteuse, véritable cadeau surprise que la nature a donné à la musique africaine. Elle-même déclare dans une interview de, le sourire aux lèvres : « l’afropop-rock me ressemble bien surtout dans les festivals, les concerts, c’est mon identité musicale, je m’y retrouve parfaitement. Aujourd’hui, je cherche à faire de la musique de sorte que le public sache que c’est Sèssimè qui chante. J’ai interprété beaucoup d’artistes, je crois que l’heure a sonné pour que je trouve ma voie d’artiste confirmée et professionnelle » a-t-elle déclaré à Anadou.

Pour une musicienne prédestinée au succès…

sessime Gniango magazine

« Sur les traces du destin », c’est la signification son surnom Sèssimè en une langue locale du Bénin. Ce jour où Bidossessi Christelle Guédou a choisi ce surnom comme nom d’artiste, elle a mis la barre haute et ne s’est pas laissée dépassée par ce surnom lourd de promesse. Elle a en effet matérialisé son ambition en mariant le pop aux instruments traditionnels d’Afrique. Les rythmes engageants qui en ressortent laissent entrevoir une véritable artiste qui a su fait naître l’amour entre la culture occidentale et celle africaine. C’est le plus qu’elle a apporté pour réussir où beaucoup avant elles ont lamentablement échoué.

Elle récolte les fruits d son dur labeur, avec le prix de grande révélation de l’année 2011 au Bénin, avec son second album « Wazakoua », le trophée de meilleur espoir féminin du continent africain au Koras Awards 2012 à Abidjan

Avec une histoire d’amour innée entre elle et la musique…

En 1997, à l’âge de 13 ans seulement, elle fait sa rencontre avec la musique (ses parents sont des mordus de la musique traditionnelle), mais l’aventure ne commencera réellement pour elle qu’en 2007, lorsqu’elle remporte le premier prix d’un concours de national de musique, « star promo ». A partir de cette instant, elle devient celle que les médias veulent avoir : chaines de télévision, de radio, presses… cette promotion qui suit généralement les stars en herbe a fait de Sèssimè une véritable diva de la musique africaine. Quatre années plus tard, c’est-à-dire en 2011, elle fait son entrée dans le monde réel de la musique en tant que artiste pleine, ambitieuse et surtout avec des objectifs à atteindre. « Le deuxième déclic de ma vie d’artiste est arrivé en l’an 2011 où j’ai vraiment entamé la carrière d’artiste chanteuse. J’ai décidé de faire de la musique non pas une passion, mais un métier » déclare Sèssimè. Le côté traditionnel de sa musique est un héritage qu’elle doit à ses parents : c’est « l’Akodémin » très pratiqué dans sa région d’origine, zâ-kpota et surtout composé et chanté pendant longtemps par son grand père, Robert Guédou Gangbè.

Et une silhouette qui parle plus que toutes les paroles de ses musiques !

Les courbes plus que généreuses de la béninoise Sèssimè font d’elle une véritable femme africaine. Des petites rondeurs qui ont certainement fait chavirer plus d’un cœur, une petite mine coquette et une féminité plus que affirmée dans ce monde de la musique pop que beaucoup considèrent comme masculin à premier titre.

Sèssimè, c’est une véritable promesse pour la culture africaine !

Gniango Magazine

trait-vert-1

Zoom sur une jeune artiste béninoise : Sèssimè, une chanteuse pétrie de talents (En moins de trois mois 2 prix nationaux et un international)

27 décembre 2011 par richard

« Avec les jeunes talents comme Sèssimè, la musique béninoise augure d’un avenir prometteur », témoignent plus d’un depuis que l’artiste a signé en juillet dernier son retour sur la scène musicale avec l’album « Wazakoua ». La jeune artiste chanteuse moins de deux mois après la sortie de son nouvel opus, a déjà décroché 2 prix au plan national et un à l’international. Pour d’autres qui écoutent les œuvres phonographique de l’artiste, Sessimè l’autre Angélique Kidjo.

https://i0.wp.com/www.benincultures.com/wp-content/uploads/2012/09/sessime.jpg?w=940&ssl=1Meilleur clip vidéo et meilleur album de musique moderne d’inspiration traditionnelle  au Bénin golden Awards (Bga) 2011, et le grand prix de Sica 2011. Telles sont les distinctions à mettre à l’actif de l’artiste Sèssimè en 2011. Après un long moment d’absence, la lauréate de la compétition artistique coca-cola Star- Promo 2007est revenue sur la scène musicale avec un 2ème album baptisé Wazakoua. La très adulée des artistes musiciennes béninoises a ainsi renoué le contact avec ses fans sous une autre appellation. Sèssimè, c’est le pseudonyme par lequel les inconditionnels de la bonne musique identifient Krystel. L’artiste africaine d’origine béninoise Krystel revient en force sur la scène musicale. Très attachée aux réalités africaines, l’artiste opte désormais pour cette dénomination qui revêt sa toute nouvelle personnalité. Désormais, son slogan, c’est de contribuer à la promotion de la culture africaine en particulier celle de son pays le Bénin. Depuis que l’artiste a repris, toutes ses prestations sont tout le temps appréciées du public.

La qualité de la voix et les pas de danse formidables que Sèssimè offre désormais au public lors des grandes manifestations au pays amènent certains à avouer que l’artiste est une chanteuse pétrie de talents. Pour d’autres, c’est l’autre Angélique Kidjo. « Je n’ai pas autre secret que le travail au quotidien », a confié l’artiste.

Le parcours d’une vaillante femme artiste 

Fille de Charles-Juste et Léontine Guédou, Sessimè, de son vrai nom Bidossessi Christelle Guédou, est l’aînée d’une famille de huit enfants. Elle a vu le jour le 20 février 1984 dans la ville de sa mère Covè, mais a grandi à Cotonou en famille, entourée de ses frères et sœurs.

Malgré cet intérêt pour la chanson, Sessimé tenait plus que tout à ses études auxquelles elle donne priorité et ne manqua pas de ce fait, de passer avec succès, les épreuves du Cep, du Bepc, du Cap aide-comptable, du Bac G2, du Bts Gestion des entreprises, du Bts Finances-comptabilité, du Dpecf, du Dut en audit et contrôle de gestion, du Master1 et 2 en marketing, communication et action commerciale.

Malgré toute la rigueur à elle infligée par son père pour les études, Krystel a su trouver une place non négligeable pour la musique, dans son cœur et en fit d’ailleurs sa 1ère passion et son passe-temps préféré après ses études. Grâce à son père, très friand de la bonne musique, Krystel eut très tôt la chance de découvrir et de s’essayer aux chansons de certains grands artistes africains et internationaux comme par exemple, Bella Bello, Manu Dibango, Angélique Kidjo, Kassav, Sade, Stan Tohon, Whitney Houston, Céline Dion, Michael Jackson, Lionel Richie,… Tout cela explique en effet, le goût prononcé de Krystel pour la bonne musique. C’est cette passion qui naît progressivement en elle pour la chose musicale qui, plus tard, la conduisit à participer à divers jeux concours d’interprétations de chants organisés au Bénin, d’où elle s’en est toujours sortie gagnante (1er prix télé-millions 2002, 1er prix podium vacances 2003,).

La jeune fille, à la belle voix chaude et piquante, et au sourire franc et sincère, développait en toute naïveté des talents de chanteuse. En 2007, elle participa au même titre que plus de 2000 candidats, au plus grand jeu concours national télévisé jamais organisé au Bénin et retransmis sur toutes les chaînes de télévision, Coca-cola star-promo. A l’issue de diverses primes, krystel fût élue après vote du jury, meilleure chanteuse du concours et se vit attribuer le premier prix qui se trouvait être la production d’un album. C’est ainsi qu’avant même de réaliser ce qui se passait dans sa vie, elle se vit produit et lancé en février 2008 par les organisateurs de Coca-cola star-promo un album de 10 titres. Cet album, aux couleurs très RN’B, fut très apprécié du public grâce à la promotion du clip du morceau. L’Afrique est la source d’inspiration, le repère et le bonheur de l’artiste. Sa mission est de passer du rôle d’ambassadrice d’une certaine musique africaine à celui de conservatrice : à la fois gardienne de la mémoire sonore du continent et formidable passeuse.

Victorin Fassinou

SESSIME PLAYLIST

Mixed by Gwenaelle DE LACAN

CONTACT

Discography

Albums

  • Pourquoi sorti en 2007

 

  • Wazakoua sorti en 2011

 

  • Dana Soukoui [Explicit] Dana Soukoui, sorti le 25 octobre 2014