Browse By

Swaziland/La Princesse sikhanyiso se lance dans le rap

La fille ainée du Roi Mwasti III du Swaziland, la princesse Sikhanyiso Dlamini, “Pashu” de son nom de scène se lance dans la musique a travers le rap, avec un titre à la gloire de son père : “No tomorrow”.

La jeune femme n’en oublie pas pour autant les obligations dues à son rang. Eduquée en Angleterre, aux États-Unis et en Australie, où elle a décroché un master en communication numérique, elle siège au puissant Conseil royal, qui peut opposer un veto au parlement, et au conseil d’administration de l’unique opérateur téléphonique mobile du pays, MTN Swaziland. Elle dirige également une fondation pour l’émancipation des femmes, et espère « que le cœur des gens va changer dans le royaume », afin que les fonds de l’aide au développement aillent à ceux qui en ont besoin, et non aux politiciens corrompus.

« Tu es le père, tu es le chef, tu es le héros, exalté comme un prince du peuple. Ta gloire est magique. Acclamons notre majesté (bis). Car il n’y a personne comme toi. Oh, tu es le Dieu des nations ! », chante-t-elle.

De déclarer :

« C’est un problème quand vous mettez des gens cupides au pouvoir, dit-elle, et c’est un problème dans une société comme le Swaziland, parce que finalement on finit par blâmer (la monarchie) pour tout ce qui se passe. »
Des déclarations qui visent à protéger le roi, accusé de gabegie par des opposants. Marié à une quinzaine d’épouses et père d’une trentaine d’enfants, le souverain a prélevé une allocation de 61 millions de dollars pour sa famille en 2014, alors que 63% de la population vit sous le seuil de pauvreté.
Dans une interview en 2009 pour le journal du campus de l’université de Biola en Californie, Sikhanyiso Dlamini estimait, sans complexe, que le seul avantage d’une princesse était de « pouvoir s’offrir un mode de vie luxueux ».